Comment fonctionne une cigarette électronique à cartouche : sur quelle base repose le mécanisme ?

Utilisatrice d'une cigarette électronique à cartouche

Vous désirez acheter une cigarette électronique à cartouche, mais vous ne savez pas exactement comment celle-ci fonctionne ? C’est ce que nous allons tenter de vous expliquer à travers cet article. Bonne découverte !

Les parties essentielles d’une cigarette électronique à cartouche

Commençons par les bases, soit le fonctionnement, et les composants d’une cigarette électronique. Son anatomie comporte les éléments suivants :

  • La batterie.
  • L’interrupteur.
  • La résistance.
  • La cartouche.
  • Le Drip Tip.
  • Et enfin le voyant lumineux.

La batterie délivre l’énergie nécessaire pour faire fonctionner le dispositif. L’interrupteur permet justement d’actionner la batterie ou encore de l’éteindre, tandis que la résistance (atomiseur) transformera le liquide en vapeur. La cartouche (ou le clearomiseur) contient le liquide et le Drip Tip sert d’embout buccal. Pour terminer, le voyant lumineux vous informera de l’état de charge.

Bien évidemment, la cartouche inclut la résistance et le Drip Tip, et doit être vissée sur la batterie. Si votre cigarette n’est pas montée lors de son achat, mieux vaudrait suivre un manuel d’instruction afin de ne pas faire de bêtises. En tout cas, il s’agit d’une méthode ingénieuse pour pallier la dépendance au tabagisme, surtout que la cigarette électronique est nettement moins dangereuse puisqu’elle ne contient pas les éléments cancérigènes contenus dans la cigarette classique (notamment le goudron).

Les anciens fumeurs peuvent également l’utiliser pour limiter peu à peu leur addiction à la nicotine, puisqu’il est possible d’y injecter la dose voulue et progressivement la diminuer.

Le fonctionnement de la cigarette électronique à cartouche

Nous passons à présent au processus de fonctionnement de la cigarette électronique à cartouche. Tout d’abord, c’est l’énergie stockée au niveau de la batterie qui permettra de chauffer la résistance. Dès que vous appuyez sur le bouton « switch », la batterie sera enclenchée et ce n’est qu’une fois les 60°C atteints que l’e-liquide sera transformé en vapeur, pas de combustion donc contrairement à la cigarette classique.

Pour des informations complémentaires concernant le procédé, sachez que l’e-liquide peut comporter plusieurs arômes à inhaler, et est généralement vendu en de petits flacons de 10 ml (soit cinq paquets de tabac). La batterie, quant à elle, doit être rechargée à l’aide d’un dispositif qui vous sera transmis lors de l’achat de votre vapoteuse. Nous rajouterons également la cartouche qui contient la résistance et qui doit être vissée sur la batterie (la cartouche est également désignée sous le nom de clearomiseur).

Vient ensuite la résistance qui détermine le rendu de la cigarette électronique puisque beaucoup de vapoteuses contiennent de nombreuses résistances surtout si le consommateur est friand de liquide et a tendance à utiliser fréquemment son dispositif. Il devra en tout cas régulièrement vérifier le voyant lumineux pour savoir s’il doit recharger ou pas sa batterie et éviter de trop l’user.