Qu’est-ce que le sonneur à ventre jaune ?

la protection de la faune et la flore en France

Le Sonneur à ventre jaune est une espèce particulièrement menacée. Autrefois présente dans plusieurs départements d’Ile-de-France, on ne la retrouve, aujourd’hui, qu’exclusivement en Seine-et-Marne. A  ce  titre  et  dans le cadre du  « Plan  National d’Actions Sonneur à ventre jaune », il s’avère nécessaire de déployer d’importants moyens pour préserver cette espèce prioritaire.

Soutenez notre action en faveur du Sonneur à ventre jaune en Ile-de-France :

La disparition du Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) est principalement dûe à la perte de ses habitats et plus particulièrement de ceux lui permettant de se reproduire. Elle bénéficie d’une forte protection : inscrite en tant que vulnérable sur la Liste Rouge Nationale et listée aux annexes II et IV de la Directive Habitats-Faune-Flore. La répartition de cette espèce très discrète reste encore assez méconnue en Ile-de-France.

En 2013, la SNPN a mené un programme visant à préciser la répartition du Sonneur à ventre jaune dans le nord du département de la Seine-et-Marne. Ainsi, il a été mis en évidence que la vallée du Petit Morin constitue un site majeur pour cette espèce puisqu’elle abrite la deuxième plus grosse population d’Ile-de-France connue. Au total, les populations connues de Sonneur à ventre jaune en Ile-de-France abriteraient moins de 200 individus…

En 2014 et 2015, la SNPN souhaite continuer à s’engager dans la connaissance et la mise en œuvre d’actions de conservation de cette espèce menacée. Pour cela, un suivi des sites de reproduction est nécessaire ainsi que la sensibilisation des acteurs et usagers et la mise en place d’actions conservatoires dans la Vallée du Petit Morin.

La SNPN, association qui protège la faune et la flore

Une association fondée en 1854 et reconnue d’utilité publique, pionnière dans la protection de la faune, de la flore et des milieux naturels.
La gestion de deux Réserves naturelles nationales : la Réserve naturelle nationale de Camargue, et celle du lac de Grand-Lieu.
Une participation active aux débats scientifiques et une intervention construite auprès des pouvoirs publics et privés. L’association conduit divers programmes scientifiques dans les réserves qu’elle gère mais aussi en Ile-de-France sur la thématique des zones humides et des espèces inféodées à ces milieux.
Un rôle d’éducation, de sensibilisation et de participation du public pour la préservation des milieux humides en  France, tels que définis par la convention Ramsar. Au programme : trois publications distinctes, des animations, des sorties nature et des stages, des chantiers de bénévoles…