Chirurgie esthétique du visage : quelle est la réglementation en France ?

Avec l’âge, le processus du vieillissement peut provoquer l’affaissement et le relâchement de la peau, notamment sur certaines parties du visage comme les paupières, les joues, les mâchoires et le cou. Ce processus peut altérer l’harmonie du visage. D’autres facteurs peuvent également agir dans ce sens tels qu’une malformation du nez ou du menton, le décollement des oreilles, ou autres problèmes héréditaires. Pour corriger ces imperfections, la chirurgie esthétique du visage fait de plus en plus d’adeptes en France, encadrée par une réglementation stricte.

Qu’appelle-t-on chirurgie esthétique du visage ?

C’est tout simplement une branche de la chirurgie esthétique qui vise à corriger les imperfections et à rajeunir le visage. Elle peut recréer des formes esthétiques en opérant certaines parties du visage. En fonction des besoins des patients, différentes sortes d’interventions peuvent être pratiquées sur le visage :

  • La rhinoplastie qui remodèle le nez,
  • La génioplastie qui vise à corriger une malformation du menton (trop allongé ou au contraire fuyant),
  • L’otoplastie qui corrige une malformation du pavillon de l’oreille (oreille trop grande ou décollée),
  • La blépharoplastie qui est la chirurgie des paupières (cernes, poches, paupières tombantes),
  • Le lipofilling qui consiste en l’injection de la graisse corporelle dans les zones qui nécessitent une amélioration esthétique,
  • Le lifting qui vise à effacer les rides et corriger le relâchement des bajoues, des joues et du contour du visage,
  • Les fils tenseurs qui visent à relever les tissus du visage pour le rajeunir.

Quelle est la réglementation en France ?

 

Le Code de la Santé Publique précise des modalités que tout chirurgien qui exerce en France doit respecter dans le cadre d’une intervention de chirurgie esthétique du visage :

  • Le respect des principes de probité, de moralité et de dévouement,
  • Le respect du secret professionnel dans l’exercice de sa profession,
  • La même attention et la même attitude correcte envers tous les patients examinés,
  • La recherche de la sécurité, la qualité et l’efficacité des soins dans ses actes et ses prescriptions,
  • La pratique de la médecine sans aucune forme de publicité ou de démarche commerciale,
  • L’engagement à donner à tout patient des soins dévoués, consciencieux et fondés sur les données acquises de la science,
  • L’engagement à élaborer son diagnostic avec le plus grand soin.

Réglementation du personnel et des procédures

Outre les modalités à respecter par le praticien, une clinique  de chirurgie esthétique doit être accréditée par le Ministère de la Santé. Cette accréditation confirme le niveau de sécurité et de compétence de la clinique. Le consentement éclairé du patient est requis avant la délivrance d’un devis qui doit comporter :

  • La qualification et la formation du praticien concerné,
  • L’intervention à réaliser avec le tarif détaillé,
  • Tous les détails concernant l’intervention, tels que le lieu et le type d’anesthésie,
  • Tous les soins postopératoires,
  • Les éventuels détails que le praticien estime nécessaires à ajouter.

 

L’engouement grandissant pour la chirurgie esthétique du visage en France pousse la loi à redonner ses lettres de noblesse à cette activité. La réglementation vise essentiellement à améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients.